Notre présence au Canada

En tant que partenaire privilégié de la France dans le domaine de la recherche scientifique, le Canada entretient des relations étroites avec le CNRS.

Des laboratoires de recherche internationaux

En 2020, 5 International Research Laboratories (IRL, ex-UMI) sont implantés sur le territoire canadien. Ces laboratoires de recherche internationaux accueillent des activités de recherche menées en commun par des chercheurs français et canadiens, autour d’axes scientifiques partagés. Dans un lieu identifié, ils structurent les présences durables de chercheurs d’un nombre limité d’institutions françaises (un seul pays étranger partenaire).

Réparties sur l’ensemble du territoire canadien, ces structures sont dédiées à différents domaines d’études:

  • L’IRL CNRS – Centre de Recherches Mathématiques (CRM)

Depuis sa création en 1968, le Centre de Recherches Mathématiques (CRM) a joué un rôle crucial dans le développement des mathématiques au Québec et au Canada. Grâce à l’appui du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et par la suite du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), le CRM est devenu un grand centre international regroupant presque tous les mathématiciens actifs du Québec et plusieurs mathématiciens des autres provinces canadiennes et de l’étranger.

La création de l’IRL liant le CNRS (Institut National des Sciences Mathématiques et de leurs Intéractions) et l’Université de Montréal en 2011 a contribué à institutionnaliser la coopération France-Québec en sciences mathématiques. Renouvelé en 2015, il est co-dirigé par Olivier Lafitte (FR) et Luc Vinet (CAN).

  • LN2, Laboratoire Nanotechnologies & Nanosystèmes

Créé en 2012, en partenariat entre le CNRS (Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes), l’Université de Sherbrooke, l’INSA Lyon, Centrale Lyon, CPE Lyon et l’Université Grenoble Alpes, le Laboratoire Nanotechnologies & Nanosystèmes a pour objectif de produire une recherche interdisciplinaire intégrée, dans le domaine des micro-nanotechnologies. Il développe de manière pro-active et dans un contexte international des partenariats originaux entre acteurs industriels et académiques, notamment entre la France et la Canada.

Les domaines d’applications sont très nombreux : électronique, énergie, santé, transport, technologies de l’information et de la communication, etc.

Situé à Sherbrooke, le laboratoire dont la convention a été renouvelée en 2016 est aujourd’hui sous la co-direction de Michael Canva (FR) et Vincent Aimez (CAN).

  • PIMS Europe, IRL CNRS – PIMS

Le Pacific Institute for the Mathematical Sciences (PIMS) est un consortium d’universités créé en 1996. Elargi au fil des années, il regroupe aujourd’hui 9 universités canadiennes et 1 université étasunienne: University of Alberta, University of British Columbia, University of Calgary, Simon Fraser University, University of Victoria, University of Regina, University of Lethbridge, University of Manitoba, University of Saskatchewan, et University of Washington.

En 2007, le PIMS et le CNRS ont signé un accord de coopération qui créé PIMS-Europe et facilite les échanges entre mathématiciens français et nord-américains. Localisé à Vancouver, dans les locaux de l’University of British Columbia, l’IRL est placé sous la direction de James Colliander. Le troisième accord régissant la collaboration a été signé en 2019.

Image
Antoine Petit (PDG du CNRS) et James Colliander signent le renouvellement de PIMS Europe
  • Takuvik, Centre International d’Etude et de Modélisation des Ecosystèmes et Géosystèmes Arctiques et Subarctiques

Créé en Janvier 2011, l’IRL Takuvik est issu d’un partenariat entre l’Université Laval et le CNRS (Institut national des Sciences de l’Univers). Le programme de recherche de Takuvik vise à mieux comprendre l’impact des perturbations environnementales actuelles d’origine climatique et anthropique, sur les écosystèmes et les géosystèmes arctiques, marins et terrestres. La Chaire d’Excellence en Recherche du Canada sur la télédétection de la nouvelle frontière arctique du Canada est l’un des piliers de ce programme.
Situé sur le campus de l’UL, à Québec, l’IRL dirigé par Marcel Babin a été renouvelé en 2015.

IRL3376 TAKUVIK au Québec, Canada. © Laure CAILLOCE/Takuvik/CNRS Photothèque
  • iLab Spine – Biomécanique des Traumatismes et Pathologies du Rachis

Créé en 2015, le LIA iLab-Spine est né d’une forte collaboration entre  le Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale (CRMBM), le Laboratoire de Biomécanique Appliquée (LBA), l’Ecole Polytechnique de Montréal (EPM) et l’Ecole Supérieure de Technologie de Montréal (ETS).

Signature de la convention créant iLabSpine à Montréal (crédit photo : Lino Cipresso, ETS)

L’IRL iLab-Spine regroupe 8 institutions : le CNRS (INSIS), l’IFSTTAR (Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l’Aménagent des Réseaux), Aix-Marseille Université (AMU), et l’Assistance Publique / Hôpitaux de Marseille (APHM) côté français, ainsi que l’ETS, l’EPM et les hôpitaux de Sainte-Justine et du Sacré-Cœur côté montréalais.
Renouvelé en 2019, le iLab-Spine est co-dirigé par Virginie Callot (CRMBM), Pierre-Jean Arnoux (LBA), Carl-Eric Aubin (EPM) et Yvan Petit (ETS).

Les activités de recherche du iLab-Spine couvrent 3 thèmes principaux : connaissances et innovations en biomécanique et imagerie du rachis et de la moelle épinière (WP1) ; compréhension, prévention et traitement des traumatismes du rachis (WP2) et pathologies de la moelle épinière (WP3).

Ses principaux objectifs sont de mieux comprendre les mécanismes physiopathologiques et d’améliorer le traitement et la protection du rachis et de la moelle épinière dans le contexte des traumatismes et des pathologies dégénératives en utilisant des approches multidisciplinaires basées sur la biomécanique, l’imagerie par résonance magnétique quantitative et la modélisation.

Ses missions consistent à mettre en commun nos efforts de recherche, nos ressources et notre expertise pour générer des connaissances dans le domaine de la biomécanique et de l’imagerie du rachis et de la moelle épinière, à appliquer ces connaissances pour résoudre ou innover dans les domaines de la santé, des transports, des sports et des sciences de la vie, et à former la prochaine génération d’experts et de chercheurs.

De nombreux projets de recherche internationaux

A ces structures de coopération pérenne s’ajoutent 14 International Research Projects (IRP, anciennement LIA) établis entre un ou plusieurs laboratoires du CNRS et des laboratoires canadiens. Ces projets de recherche collaborative viennent consolider des collaborations déjà établies à travers des échanges scientifiques de courte ou moyenne durées. Ce sont des outils importants en faveur des échanges scientifiques: ils ont pour objet l’organisation de réunions de travail ou de séminaires, le développement d’activités de recherche communes y compris des recherches de terrain, et l’encadrement d’étudiants.