L’Université d’Arizona (U. Arizona) est l’une des meilleures universités publiques des Etats-Unis, selon US News & World Report. Elle s’est classée dans le top 25 des dépenses de recherche en 2018 parmi toutes les universités publiques, selon la National Science Foundation, et se distingue comme Research 1 university dans la classification Carnegie avec $687M de dépenses de recherche annuelles.  Son impact économique est estimé à 4,1 milliards de dollars par an. L’Université d’Arizona est particulièrement reconnue comme leader mondial dans les sciences de l’environnement. Elle est également considérée comme l’une des plus importantes pour la recherche en astronomie et la cosmologie et les sciences des données.

U. Arizona a une vraie tradition interdisciplinaire, mentionnée par les chercheurs français y travaillant (voir témoignages ci-dessous).

En 2019, lorsque le CNRS a publié son projet pour 2019-2023, l’Université d’Arizona, par la voix de son Vice-Président Global Environmental Futures, Joaquin Ruiz, a annoncé sa volonté de renforcer ses liens institutionnels avec le CNRS.

Le Bureau Amérique du Nord du CNRS visite l’infrastructure Biosphère 2 d’U Arizona (@CNRSNorthAmerica)

Dans ce contexte, et suite à de nombreux échanges, le bureau Amérique du Nord du CNRS s’est rendu à Tucson pour une mission exploratoire, du 1er au 4 novembre 2020. Avec l’équipe de l’IRL iGlobes, des rencontres et visites des infrastructures d’exception d’U.Arizona ont été organisées, parmi lesquelles Biosphère 2, infrastructure unique qui offre des possibilités d’expérimentation de grande envergure sur des écosystèmes isolés du monde extérieur, le mirror lab qui construit les miroirs des plus grands téléscopes, les nombreux téléscopes qui permettent une observation dans un ciel d’exception, le tree-ring lab, qui fort de ses milliers de carottes d’arbre (échantillons) peut étudier l’impact climatique passé et anticiper le futur, la plateforme Cyverse de stockage des données….

Pour rappel, le laboratoire interdisciplinary and Global Environmental Studies (iGlobes) placé sous la tutelle conjointe de l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales (INSHS) et l’Institut Ecologie et Environnement (INEE) du CNRS s’intéresse aux thématiques de l’environnement, et particulièrement à la question des ressources. Ses 4 champs d’étude principaux:

a) les problèmes de coopération, conflits et politiques de l’eau dans les régions arides des Amériques;

b) la question de la gouvernance des ressources naturelles dans les régions peu peuplées des Amériques;

c) l’analyse des adaptations écologiques et sociétales et de leurs limites en réponse aux évènements climatiques extrêmes;

d) l’influence anthropologique de la connaissance des environnements extrêmes sur Terre et dans l’univers sur notre rapport à la vie et à la nature.

Iglobes rassemble le CNRS, l’ENS et University of Arizona, à Tucson, et est co-dirigé par François-Michel Le Tourneau (FR) et Régis Ferrière (US).

Dialogue virtuel de haut niveau entre le CNRS et U Arizona

Le 17 novembre 2020 a été l’occasion d’une discussion de haut niveau entre le Président de l’Université d’Arizona Robert C. Robbins et le Président Directeur Général et CEO du CNRS Antoine Petit. Suite aux présentations des Directeurs d’Instituts du CNRS et de Doyens et/ou Professeur.e.s d’U.Arizona, il a été établi que les collaborations déjà riches et nombreuses entre les deux institutions peuvent être renforcées, en particulier dans les domaines suivants :

  1. Les sciences de l’environnement (U.Arizona est 1ère aux US pour la recherche environnementale, 1ère au classement de Shanghai pour la recherche sur les ressources en eau) ;
  2. La science des planètes et de l’espace. (U.Arizona est 1ère aux US en astronomie, astrophysique et cosmologie) ;
  3. Les sciences de l’information. L’Université d’Arizona est aussi aux Etats-Unis un acteur majeur dans le domaine. Elle héberge la cyber-infrastructure nationale de la NSF sur les sciences des données, CyVerse et  le center for quantum networks (internet du futur pour les US), associant Harvard, Yale, le MIT…  (9ième au classement de Shanghai en sciences de l’information).

Parmi ses atouts, l’U.Arizona héberge également plusieurs infrastructures ou laboratoires uniques au monde, tel que Biosphère 2 (écologie, géosciences) ou le Mirror Lab où se conçoivent et se fabriquent les miroirs des télescopes géants – plus de 8m de diamètre). Associée à toutes les missions de la NASA depuis Apollo, elle est constamment aux avant-postes des plus grands programmes internationaux d’exploration spatiale. L’ensemble de ces discussions ont posé les bases d’une réflexion commune sur la création d’un Centre de recherche international, plateforme de collaboration centrée sur le tandem CNRS-U. Arizona.