Inaugurée le 29 janvier 2019 à Ottawa, l’Antenne conjointe CNRS – Université de Lyon apparait aujourd’hui comme un modèle d’internationalisation réussi. Rattachée au Bureau du CNRS « Amérique du Nord » à Washington D.C. et à la Direction de l’Europe de la recherche et de la coopération internationale (DERCI) du CNRS ainsi qu’à l’Université de Lyon, elle s’appuie sur l’historique et l’excellence des relations que les deux établissements entretiennent avec l’écosystème de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation canadien. Hébergée par l’Université d’Ottawa, l’Antenne conjointe est représentée par Jan Matas, chercheur au CNRS et ancien Directeur de l’attractivité et de la promotion internationale de l’Université de Lyon.

Pour le CNRS, il s’agit d’une première association avec un partenaire universitaire dans le cadre d’une représentation à l’étranger. L’objectif est de permettre une connaissance plus approfondie de l’écosystème ESRI canadien pour une meilleure articulation des actions du CNRS avec celui-ci ainsi que de contribuer au développement et à la structuration de partenariats scientifiques, et au renforcement du positionnement du CNRS, plus particulièrement au Canada anglophone. Depuis un an, les liens ont été renforcés non seulement avec des universités de pointe (telles UofT, UBC, uOttawa) mais également avec des organismes fédéraux (tels que le CRSNG, le CRSH, l’IRSC, la FCI, le Bureau de la Scientifique en chef) pour la plupart installés à Ottawa. L’Antenne conjointe a également instauré des relations étroites avec l’Ambassade de France à Ottawa et avec le réseau d’attachés scientifiques sur l’ensemble du territoire national (Toronto, Vancouver, Moncton, Montréal).

Signature renouvelant la convention CNRS – Pacific Institute for the Mathematical Sciences à Vancouver en décembre 2019

Du côté des temps forts qui ont marqué l’année 2019, il faut notamment citer la participation de l’Antenne conjointe au Comité d’organisation du forum « Sciences et société à l’ère du numérique » de la Société Royale du Canada en partenariat avec l’Ambassade de France et l’uOttawa avec deux interventions d’Antoine Petit, PDG du CNRS. Ce dernier s’est aussi déplacé à Vancouver en décembre, pour l’annonce des 34 nouvelles « Chaires CIFAR » dans différents domaines de l’intelligence artificielle, pour le renouvèlement de l’International Research Laboratory PIMS (Pacific Institute for Mathematical Sciences) et pour le renforcement des liens avec l’Université de Colombie britannique (UBC). En effet, la région de Vancouver, avec ses 3 principales universités (UBC, Simon Fraser University, University of Victoria) représente environ 40% de co-publications du CNRS avec le Canada. Par ses initiatives, l’Antenne conjointe a contribué à établissement des différents axes prioritaires de coopération par la présidence du CNRS, notamment dans les domaines de l’intelligence artificielle, la science ouverte ou encore les océans et la zone Arctique. Forte de ces nombreuses perspectives de collaboration pour 2020, l’Antenne conjointe continuera à mener des actions en faveur d’une coopération accrue entre le CNRS, l’Université de Lyon et les acteurs canadiens de la recherche.